PP43

Prosper Piet

Journal de voyage 1816-1817

" Xerès et Paxaret "

Cadix le 14 mai

 

Je suis toujours à Cadix, mon cher papa, et je crois bien que cela doit vous faire endêver1 comme moi. Peut-être penserez-vous que les agréments de cette ville m'auront retenu un peu plus longtemps que je ne devais. Vous seriez dans l'erreur, et quoique je ne songe à quitter Cadix qu'en tremblant de retomber dans les désagréments que j'ai eu à souffrir avant d'y arriver, je vous assure que les affaires seules m'y ont retenu jusqu'à présent. Après avoir annoncé à ces M. M. à mon arrivée ici que je n'y avais aucun espoir, j'ai cependant fini par y faire plus d'affaires que dans aucune des villes que j'ai visitées jusqu'à présent. Enfin tout va assez bien, et cela m'encourage à suivre mon voyage par la côte. Je suis d'ailleurs bien aise de voir cette partie de l'Espagne qui est la plus belle quant au climat, et la plus importante quant au commerce ; et je profite de ce que j'y suis, ne sachant pas si l'occasion d'y revenir se présentera une autre fois. C'est d'ailleurs le vœu marqué de Mr Baillot, et quoiqu'il aille un peu trop loin en m'indiquant (par une note particulière de sa main dans une de leurs lettres), des très petites villes telles que Antaguerra, Alhama, Guadix, Almeria, etc. Dites-lui bien que je m'occupe toujours de le faire connaître aux correspondants et que l'impatience que j'ai de vous revoir ne me fera point passer légèrement sur aucune ville qui puisse valoir la peine de s'y arrêter.

 

Ces M. M. m'ont demandé de leur faire un petit achat de vin de Xerès, et de Paxaret2, d'une quarantaine de bouteilles de chaque quantité. J'ai pensé qu'il n'était pas mauvais de te faire aussi un petit assortiment, et j'ai acheté un baril de vin de Xerès sec et un de Paxaret doux (chacun de 4 1/2 arrobes, ce qui fait environ 95 bouteilles). Vous pourrez donc partager et prendre chacun la moitié de chaque quantité. Je sens bien qu'il eut été plus agréable, pour tous les deux, que chacun eut sa provision distincte et séparée. Mais on a moins de difficultés à acheter un baril de 4 1/2 arrobes, et l'on en obtient avec peine de plus petits. D'ailleurs les frais sont moins grands. J'ai pris les précautions usitées ici pour l'expédition des vins, c'est à dire que je l'ai fait mettre en double futaille, et de cette manière il n'y a rien à craindre du coulage volontaire, ni de l'altération de la qualité. Le tout, avec le petit baril de Prudence (marqué PP n° 2), est adressé à M. M. Loffet et Cie, et chargé sur le navire l'Atalante qui partira incessamment pour Le Havre. J'ai pris du reste toutes les mesures ordinaires, c'est à dire que j'ai consigné les trois barils à notre entrepositaire au Havre, et lui ai passé un double du connaissement3 avec ordre de faire le nécessaire pour l'entrée et l'acheminement à M. M. Loffet. J'ai prié ces M. M. de s'entendre avec toi pour le partage et pour leur remboursement du coût du vin et des frais qu'il aura à s'apporter. J'ai payé et porté dans mon compte de frais pour le baril de Xerès sec .... en tout 713. Le prix du port d'ici au Havre est de 22 francs et 15 % de primage. Tu vois que le prix de la bouteille ne revient qu'à 2 francs environ, rendu au Havre. Il sera un peu cher rendu à Paris, mais au moins tu auras deux quantités de bon vin sec et doux, outre celui de Prudence qui nous en fera bien goûter quand elle régalera quelques-unes de ses amies. Si ces M. M. ou d'autres amis témoignaient le désir d'en acheter d'avantage, vous n'avez qu'à m'écrire, et quoique hors d'ici, je pourrais en faire faire l'achat comme si j'y étais à présent. Je ne sais pas encore le prix du Paxaret, c'est pourquoi je ne t'en donne pas la note.

 

Adieu mon cher papa, fatigué de l'emballage d'une partie de mes échantillons qui m'a occupé toute la journée, je vais me coucher, et te donne ma dernière pensée en t'embrassant de toute la tendresse de mon âme.

Prosper

 

Je dois encore acheter du vin de Malaga pour Mr Loffet.

 

1 Endêver : Avoir grand dépit de quelque chose. Il endêvait de cela. ♦ Pour maître Énéas, il rêvait, Ou, pour mieux parler, endêvait, SCARRON, Virg. travesti, liv. VIII

Faire endêver quelqu'un, le faire enrager, le dépiter. ♦ On s'ennuyait quand vous n'aviez plus personne à faire endêver, J. J. ROUSS., Hél. v, 14

Dictionnaire Le Littré

 

2 Xerès et Paxaret : Espagne. Les meilleurs vins fins non liquoreux sont le vino-seco de Xerès et de Paxaret. Dictionnaire d'histoire naturelle, appliquée aux arts, à l'agriculture… 1819

 

3 Connaissement : Terme de commerce maritime. Acte, entre l'armateur et le capitaine, qui constate le chargement des marchandises sur un navire et les conditions du transport. On fait trois copies du connaissement, l'une pour le marchand chargeur, l'autre pour le capitaine, l'autre pour le destinataire. Vendre sur facture ou connaissement. Dictionnaire Le Littré

 

 

Ce 16 mai 1817

 

Je compte toujours, mes chers amis, quand je commence une lettre, avoir le temps de la faire longue et de vous dire tout ce que j'ai à vous faire savoir, je pense souvent à écrire à deux ou trois, mais je suis obligé de rabattre mes désirs. Aujourd'hui c'est une chose, demain une autre, aujourd'hui c'est un fort agréable concert qui m'empêche d'écrire à Philippe et à Gabriel, comme je me l'étais promis. Soyez tranquilles, ça ne durera pas toujours, et une fois hors de Cadix, j'aurai comme avant le temps de vous faire des lettres de 4 ou 5 pages. Ici, l'occasion de me divertir vient toujours me distraire, et comme me le conseille papa, je me donne du bon temps pour le mauvais que j'ai passé et passerai.

 

Mes malles sont emballées et quand Mr Eole voudra bien avoir la bonté de me le permettre, je me confierai à Neptune, recommandé aux soins de Bacchus et de Comus* pour me diriger vers les colonnes d'Hercule où j'irais visiter les courageux défenseurs d'Albion dans les remparts qu'ils ont enlevés par adresse aux descendants de l'antique Ibérie. Ce qui veut dire en français bourgeois que je n'attends qu'un bon vent pour m'embarquer pour Gibraltar, ce qui est un voyage de 10 heures. Je serai déjà sans doute à Malaga quand vous recevrez cette lettre, mais il est pourtant bien possible que je vous écrive encore une fois d'ici car Mr Eole est un dieu fort capricieux. En attendant je vous embrasse tous de tout mon coeur et comme je vous aime.

Pr. Piet

 

Pardon de la peine... que vous aurez eue à me lire.

 

* Comus. Le dieu des festins chez les Grecs.

Etymologie. Terme grec qui veut dire proprement réjouissance avec repas danse et musique. Dictionnaire Le Littré